samedi, juillet 23, 2005

FÉES, part III of IV

Fées

Quarante minutes plus tard, des voitures de gendarmerie encombraient la rue devant la grande maison.
Jeanne leur raconta tout ce qu’elle savait. A vrai dire rien. Pourtant ils le lui firent répéter plusieurs fois. Elle avait peine à se contrôler, et devait souvent s’arrêter de parler pour laisser passer les pleurs. Elle s’essuyait les yeux et continuait de répondre inlassablement aux questions des officiers.
Oui, elle l’avait vu pour la dernière fois quand elle l’avait couché la veille. Non, elle n’avait pas souvenir de quoi que ce soit de suspect. Non, elle ne pensait pas que le père de Romain soit impliqué, mais oui elle le contacterait dans les plus brefs délais.
Les gendarmes l’informèrent qu’il n’y avait aucune raison de paniquer. Il n’y avait eu aucune trace d’infraction pendant la nuit, Romain n’avait certainement pas été enlevé. Maintenant il était vrai que si le rapt avait eu lieu le matin-même, aucun voisin n’aurait pu faire figure de témoin au vu de la grande distance qui séparait les maisons.
On lui dit que l’hypothèse la plus envisageable était la fugue, ou alors l’enfant s’était-il perdu dans la forêt qui s’étendait derrière la route. Dans les deux cas Jeanne devait rester chez elle, Romain pouvait à tout moment réapparaître.
Finalement, un des gendarmes, sans aucun doute le plus gradé, lui dit qu’il ne fallait négliger aucune possibilité mais que l’affaire était entre les mains de professionnels. Et sur cette conclusion, tout le monde quitta les lieux et Jeanne se retrouva à nouveau seule.
Elle avait pleuré toute la journée et se sentait très lasse. Et à bout de nerf.
Elle s’assit sur le canapé du salon et attendit, les mains jointes. Quelle horrible chose que de rester chez soi quand vous savez votre fils quelque part, là, dehors.
Victoria n’aurait pas fait ça, elle. Elle aurait…
Elle se fit horreur sur le moment. Il ne s’agissait pas de Victoria, ou d’un de ses romans minables.
Il s’agit de la vraie vie. Il s’agit de ton enfant !
Elle sentit la fatigue la gagner, mais elle ne voulait pas s’endormir. Elle s’en voudrait trop. Et puis si Romain finissait par revenir, il fallait qu’elle soit éveillée.
Elle se saisit du téléphone.
« Allô, fit une voix masculine.
- Salut David. C’est jeanne.
- Ah, euh… salut. Euh… ça va ?
- Hmm, fit-elle la voix tremblante.
- Ah. Bon. Tu m’appelles pour la pension ? »
Il avait le ton le plus désintéressé qui soit. Comment envisager ne serait-ce qu’un instant qu’il aie pu enlever qui que ce soit ?
« Non, non. C’est Romain, il… (elle se sentit faiblir)…a disparu, il… »
Elle avait beaucoup de mal à le dire. A l’autre bout du fil, le silence. Manifestement, le père de l’enfant ne savait pas comment réagir.
« Depuis quand, finit-il par demander.
- Ce matin. Les flics sont venus, ils… (Elle reprit son souffle) vont organiser des recherches, ou… je sais pas trop, j’ai pas tout compris…
- Euh… Et tu veux que je vienne ?
- Non, dit-elle machinalement. Je voulais… juste que tu le saches.
- Ok, répondit-il sobrement. Tiens-moi au courant.
- Ok, dit-elle à son tour.
- Et essaie de dormir ».
Et il raccrocha. Au bout de quelques secondes, elle finit elle aussi par poser le combiné. A nouveau elle attendit sur le canapé.
Puis vint la nuit, en à bout de force, elle finit par céder au sommeil, là dans le salon.
Dans son rêve, elle était plongée dans le noir, et elle entendait des milliers, des millions de battements d’ailes d’insecte. Derrière ce vacarme assourdissant, elle distinguait la voix de Romain s’éloigner, l’appelant, jusqu’à disparaître.
Puis plus rien.

---------------------------------------------------------------------------------

Cela faisait bientôt trois jours que Romain avait disparu et les gendarmes n'avaient aucune piste. Ils avaient commencé à organiser des groupes de recherche, sollicitant les habitants de Plouha, qui avaient répondu présent. Mais la forêt était trop vaste et les fouilles ne furent qu’anecdotiques.
Alors on commença à envisager d’autres possibilités. Enlèvement, demande de rançon… acte pédophile. Les forces de l’ordre connaissait ce genre de crime, certains avaient déjà eu lieu dans la région.
Tout cela ne rassurait bien évidemment pas Jeanne. Elle avait continuellement son fils en tête, et les affiches arborant sa photo et les encouragements des villageois lorsqu’elle sortait (rarement) n’arrangeaient rien.
Il n’était bien entendu plus question d’écrire. Son éditeur était au courant et s’était montré compréhensif. Jeanne continuait avec inquiétude sa tâche qui était de patienter. Elle pleurait beaucoup, également. Elle espérait de toute son âme que le sort de Romain n’aie rien à voir avec un quelconque détraqué sexuel.
Alors, toute la journée, elle attendait là, devant le téléphone, qu’un miracle se produise. Elle en oubliait même de se nourrir. Puis à nouveau, la nuit tombait.
Elle s’autorisait à regarder la télévision, mais uniquement la chaîne locale et les informations régionales. Alors, déçue qu’il n’y ait aucune progression dans l’enquête, elle s’allongeait sur le canapé et essayait de dormir un peu.
Cette nuit-là encore, elle refit son étrange rêve. Romain l’appelait mais impossible de le voir. Et ce bruit sourd, prenant. Ces paires d’ailes qui battaient par milliers.
Jeanne se leva brusquement. Elle avait fait ce cauchemar à trois reprises, chaque nuit depuis la disparition de l’enfant. La veille elle était retournée à la fontaine des fées pour enlever l’assiette, et était certaine de n’y avoir vu aucun indice, aucun détail suspect.
Elle tourna la tête vers la fenêtre, en direction du jardin. Ce qu’elle vit arrêta net sa respiration. Même son cœur eut un raté.
Là-bas, sur les haies, elle vit danser les reflets de l’au. Comme si la fontaine pleine avait été éclairée. Mais c’était impossible, bien entendu. Il n’y avait ni eau, ni lumière là-bas. Et puis on ne voyait plus rien à présent.
Je suis sûre de ce que j’ai vu.
Elle se leva et mit sa veste en vitesse. Puis elle se précipita dans le jardin. Le chien, intrigué et affamé (elle avait oublié de le nourrir depuis quelques temps) la suivit.
Arrivée près des haies, elle fit une halte. Aucun bruit d’eau, aucun reflet. Elle fit quelques pas et arriva devant la fontaine. Cela se confirmait, il n’y avait rien d’inhabituel.
Elle sentit fuser en elle le même sentiment que quelques jours plus tôt. A ceci près qu’il s’était cette fois mêlé d’une rage féroce.
Elle tapa du poing sur la fontaine.
« Qu’est-ce que vous en avez fait ?! »
Elle hurlait. Des larmes chaudes dégoulinaient sur ses joues.
« Pourquoi vous me l’avez pris ? Pourquoi ?! »
Elle se mit à genoux, et continuait de tambouriner l’édifice de pierre. Toujours en pleurs, elle chuchota un dernier « pourquoi… », et resta là quelques secondes, les yeux clos.
Enfin elle se releva.
Tu ne vas pas bien, ma pauvre fille.
Le labrador vint discrètement se frotter à ses jambes. Elle le caressa. »Allez viens le chien, dit-elle en s’essuyant le visage du revers de la manche. On rentre ».
A peine avaient-ils fait quelques pas que l’animal se retourna et aboya, encore et encore. Puis il détala vers la maison, pris de panique. Jeanne se tourna à son tour et chercha du regard ce qui avait pu effrayer le chien. Rien. Puis elle posa ses yeux sur la fontaine.
Et elle la vit.
C’était comme ces jeux dans les magazines ou l’on vous demande de trouver un détail dans une illustration. Une fois que vous l’avez déniché, vous ne voyez plus que lui. Et bien là, c’était comme si la fée avait sur la fontaine depuis toujours. Seulement Jeanne venait à peine de la remarquer. Et elle n’arrivait plus à la quitter des yeux.
L’être était petit, minuscule. Pas plus de dix centimètres de haut. Elle était entièrement nue. Sa peau était pâle, presque lumineuse. Ses cheveux étaient longs et tombaient en cascade sur ses épaules et dans son dos. Ils semblaient blonds, mais d’un blond inhabituel, tirant un peu sur le vert. Son visage était celui d’une jeune femme, à un détail près.
Ses yeux.
Ses yeux étaient immenses et entièrement noirs. Ils étaient striés d’un quadrillage qui les découpaient en de multiples facettes.
Des yeux d’insecte.
La fée était assise sur le rebord du vasque de la fontaine et regardait Jeanne. Lorsque cette dernière, croyant à peine ce qu’elle voyait, leva sa main à sa bouche ouverte, la fée hocha la tête et cligna des yeux, dans un mouvement très rapide, presque invisible à l’œil nu.
Puis l’être remua les ailes qu’elle avait dans le dos. Jeanne ne les remarqua qu’à ce moment-là, tant leur transparence les rendait invisible lorsqu’elle étaient à l’arrêt.
Quand elle les agita, cela produisit le bruit d’une abeille en vol. Elle s’arrêta presque instantanément.
Et, en réponse à ce bref appel, des centaines d’autres fées apparurent, quasiment identiques, sur le vasque, sur les pierres du mur, au pied de la fontaine. Certaines agitaient leurs ailes, tout aussi brièvement que la première.
Jeanne n’en croyait pas ses yeux. Les fées continuaient à apparaître, une à une. La jeune mère ne savait pas si elle devait se fier à ce qu’elle voyait. Elle ne savait pas non plus si elle devait être terrifiée ou émerveillée.
Puis la première d’entre elles à s’être manifestée battit ses ailes, mais sans s’arrêter cette fois-ci. Les autres ne tardèrent pas à l’imiter. Le bruit était immense, assourdissant. Jeanne tomba à genoux et se boucha les oreilles. Elle cria mais cela était loin de couvrir le vacarme. Les yeux fermés, elles les entendit.
Elle les entendit entrer dans sa tête.

3 commentaires:

Vinnie a dit…

Ah ouais, ok, c'était des fées en fait !

Anonyme a dit…

Très bien tout ça, très très bien, bon vivement la suite maintenant!

No

Julia a dit…

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable. Vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci.

voyance gratuite en ligne